Mairie d’Aix-en-Provence : une charge héréditaire…

Photos Olivier Guzman pour Marsactu
Telle l’héritière d’une PME familiale, ce vendredi 24 septembre, Sophie Joissains s’assoira dans le fauteuil qu’ont occupé deux autres Joissains avant elle. Alain, son père, de 1978 à 1983 et Maryse, sa mère, de 2001 à 2021. Maire à son tour, comme ses parents avant elle, l’ex-sénatrice et actuelle vice-présidente (UDI) de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur…
https://marsactu.fr/sophie-joissains-itineraire-dune-heritiere/

« Mairie d’Aix-en-Provence : une charge héréditaire… »

Ayant grandi un peu à Aix et un peu à Marseille, je m’intéresse toujours à ce qui s’y passe.

On a vu récemment à Marseille un tour de passe-passe pas très démocratique lors de l’élection du maire de la ville.
« Six mois après son élection, la maire de Marseille, Michèle Rubirola (Europe Écologie les Verts), a annoncé ce mardi qu’elle démissionne pour des raisons de santé. C’est son premier adjoint le socialiste Benoit Payan qui pourrait devenir le nouveau maire de Marseille. »
https://www.francebleu.fr/infos/politique/michele-rubirola-quitte-son-fauteuil-de-maire-1608031335
La chose n’est pas habituelle.
Même si la maire échange son poste avec celui de son premier adjoint, les électeurs se sentent trahis.
Ils ont voté pour une écolo et ils ont un gauchiste…

Aujourd’hui, c’est la maire d’Aix-en-Provence qui met sa fille sur son fauteuil…

L’avant-dernière maire d’Aix-en-Provence, Maryse Joissains, est sans doute une femme courageuse et travailleuse, mais d’autres le sont aussi…
Je partage d’ailleurs beaucoup de ses idées.
Mais ce que je trouve néanmoins un peu dérangeant c’est que cette famille se succède au fauteuil de maire d’Aix-en-Provence depuis deux générations avec trois personnes de la même famille en bétonnant tout et en « s’arrangeant » pour que nul autre ne puisse y accéder.
Cette dynastie par l’hérédité me semble un peu incompatible avec les principes de la démocratie.

On le sait tous, la politique attire beaucoup de gens, qui ne sont pas forcément tous des parangons de vertu, à ces postes très convoités auxquels il est facile aux moins scrupuleux de s’enrichir personnellement, comme tant l’ont déjà fait dans le passé.
Et lorsque la chose reste dans la même famille sur plusieurs générations, c’est d’autant plus étrange…

Maryse Joissains, membre de l’UDF, de l’UMP puis de LR, est députée des Bouches-du-Rhône de 2002 à 2012, maire d’Aix-en-Provence de 2001 à 2021 et vice-présidente de la Métropole d’Aix-Marseille-Provence depuis 2020.

Origines : Maryse Charton, née à Toulon, est la fille unique d’un couple de militants communistes : son père fut garde du corps de Maurice Thorez et sa mère guichetière à la Sécurité sociale.

Elle épouse Alain Joissains, né le 30 juin 1942, membre de l’UDF et du Parti radical, maire d’Aix-en-Provence de 1978 à 1983, qui a ensuite été son directeur de cabinet de 2001 à 2008.
Ils sont séparés depuis 1986, mais n’ont pas divorcé.

Aujourd’hui, leur fille Sophie Joissains, sénatrice de 2008 à 2020, adjointe au maire d’Aix-en-Provence et vice-présidente de la Métropole d’Aix-Marseille-Provence depuis 2020, va prendre la succession.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Maryse_Joissains-Masini

« Saga familiale à Aix-en-Provence »

Un article de « Marianne », un média national, qui vient d’attirer l’attention de la France entière sur l’ambiance « fin de règne » qui plombe la ville d’Aix-en-Provence suite aux déboires judiciaires de Maryse Joissains-Masini, l’éternelle opposante à la métropole.

Rappelons pour ceux qui l’auraient oublié que l’histoire politique du clan Joissains et de sa mainmise sur la bonne ville d’Aix-en-Provence commence en 1977, il y a bientôt 40 ans. Il n’y a donc pas qu’au Gabon ou en Corée du Nord que certaines dynasties familiales s’incrustent au pouvoir… A l’époque, Alain Joissains, époux de Maryse Charton, de son nom de jeune fille, et père de Sophie Joissains, se présente aux élections municipales sous l’étiquette du Parti radical valoisien.
Il perd alors l’élection face au maire sortant socialiste, Félix Ciccolini.

Qu’à cela ne tienne ! L’ancien docker toulonais, devenu avocat, conteste les résultats devant les tribunaux. Les Aixois votent donc de nouveau en 1978 et cette fois c’est Alain Joissains qui remporte l’élection, laquelle est de nouveau invalidée par le Tribunal administratif !
Rebelote donc en 1979 : face à une liste de gauche conduite par Jean-François Picheral, Alain Joissains confirme sa victoire de l’année précédente.

En 1983 cependant, alors qu’il s’apprête à se présenter pour un second mandat, le Canard enchaîné révèle qu’Alain Joissains a fait réaliser d’importants travaux d’embellissement dans la villa de ses beaux-parents en échange de l’attribution de marchés publics. Une vilaine affaire qui entrainera sa condamnation définitive en 1988 pour recel d’abus de biens sociaux à 150 000 francs d’amende et deux ans de prison avec sursis. Une affaire qui l’empêche de se représenter à la mairie et qui pousse le père de Maryse à se suicider.
https://carnouxprogres.wordpress.com/2016/09/05/saga-familiale-a-aix-en-provence/

« Démission de Maryse Joissains Masini, maire d’Aix-en-Provence »
La fille prend le fauteuil de la mère.
Vendredi 24 septembre, le conseil municipal d’Aix-en-Provence a élu sa nouvelle édile, Sophie Joissains, 51 ans. Elle succède à sa mère Maryse Joissains-Masini, 79 ans, qui avait annoncé son départ mi-septembre en évoquant des raisons de santé liées à ses déboires judiciaires.
Elle avait été condamnée en appel par la justice à huit mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité pour « prise illégale d’intérêts et détournements » et s’est pourvue en cassation, dans l’attente d’une audience prochaine.
https://www.aixenprovence.fr/Demission-de-Maryse-Joissains-Masini-maire-d-Aix-en-Provence

Le JDD avait consacré en août une enquête à cette dynastie politique, que vous pouvez retrouver ci-dessous.

« ENQUETE : Aix-en-Provence et Maryse Joissains, une histoire de famille. »
Depuis vingt ans, cette édile haute en couleur, Maryse Joissains, règne sur l’élégante cité provençale. Sa vision très personnelle de la gestion communale est dans le collimateur de la justice. Avant elle, son mari, maire d’Aix lui aussi, est tombé pour fausses factures. Après avoir imposé de nombreux proches à l’hôtel de ville, le duo a assis, vendredi 24 septembre, sa fille Sophie sur le fauteuil de maire. https://www.lejdd.fr/Politique/enquete-aix-en-provence-et-maryse-joissains-une-histoire-de-famille-4061154

Sophie Joissains succède donc à une longue liste de maires d’Aix-en-Provence qui se termine comme suit :

– Félix Ciccolini (27 janvier 1967 – 29 juin 1978), SFIO puis PS
– Alain Joissains (29 juin 1978 -18 mars 1983), UDF-Rad
– Jean-Pierre de Peretti (18 mars 1983 – 24 mars 1989), UDF
– Jean-François Picheral (24 mars 1989 – 18 mars 2001), PS
– Maryse Joissains-Masini (18 mars 2001 – 24 septembre 2021), UDF-PRV puis UMP/LR
– Sophie Joissains (24 septembre 2021 -), UDI.

Laurent Droit

 

 

3 Commentaires

  1. I was excited to discover this website. I want to to thank you for your time for this wonderful read!! I definitely liked every part of it and i also have you book-marked to look at new things on your website.

  2. Nice post i like it 100 %. I learn something new and challenging on sites I stumbleupon on a daily basis. Its always helpful to read through articles from other writers and use something from their web sites.

  3. Good post. I learn something totally new and challenging on blogs I stumbleupon every day. It will always be interesting to read through articles from other writers and use a little something from other sites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.